Auteur Maximiliano Duran

Leçon 2

La phrase

La phrase Quechua contient un substantif sujet ou nom qui correspond à «dont on parle» et un prédicat. Le prédicat est constitué par un verbe suivi par des attributs . Il correspond à «que l’on dit» (comme dans les autres langues).

Ñoja kani yachachij.
(gnora kany ïatchatchyr)
Je suis l’enseignant

Est composé de deux parties:

  • Substantif ou nom : ñoja
  • Prédicat contenant : le verbe conjugué : kani
  • l’attribut : Yachachij

Comme dans toutes les langues, le verbe est le mot essentiel de la langue. Il exprime principalement une action faite ou subie par le sujet ou un état du sujet. A la différence du Français dans lequel on trouve plusieurs groupes de verbes, en Quechua nous n’en trouvons qu’un. Tous les verbes sont réguliers donc leur conjugaison est simple.

Nous allons nous consacrer pendant quelques pages à la conjugaison des verbes Quechua.

La conjugaison

La racine

La racine d’un verbe, est un élément fondamental pour la construction de phrases quechua. Pour obtenir la racine d'un verbe en Quechua, il faut enlever le suffixe "y" de la forme du verbe à l'infinitif .

Exemples de verbes et de ses racines :
kay (être) racine ka
rImay
(Rymaï)
(parler) racine rIma
yachAchiy
(ïatchatchyï)
(enseigner)racine yachAchi
rimAikuy
(Rymaïkouï)
(saluer)racine rimAiku
rimAkuy
(Rymakouï)
(parler, dialoguer) racine rimAku


Les affixes, suffixes et interfixes

Le Quechua est une langue agglutinante, c’est à dire, pour construire un mot ou une phrase on rajoute à un mot de base, verbe, nom ou adjectif, des mots ou termes courts appelés affixes : «à l’intérieur d’un mot », et s’ils sont posés à la fin du mot principal.

Les suffixes en Quechua sont très réguliers. Ils sont nombreux, mais invariables pour chaque personne. Nous verrons plus loin une liste des suffixes les plus utilisés.

Les suffixes qui correspondent à chaque pronom de notre liste ci-dessus et qui sont TOUJOURS utilisés pour conjuguer au présent les verbes QUECHUA sont : NI, NKI, N, NCHIK, NKICHIK, NKU.

Regle

Règle 23 : REGLE DE BASE DE LA CONJUGAISON QUECHUA :
Tous les verbes en Quechua sont réguliers à la conjugaison SANS EXCEPTION.

Pour conjuguer un verbe, il suffit d'ajouter à sa racine les terminaisons ou suffixes correspondants à chaque personne et chaque temps (indicatif, futur, passé, etc.).  Dans ce qui suit, nous vous donnons, EN MAJUSCULE, les suffixes correspondant à l’indicatif; ils sont INVARIABLES pour tous les verbes, SANS EXCEPTION,  et donc à apprendre par cœur .


Structure générale de la conjugaison

SUJET + RACINE DU VERBE + SUFFIXE CORRESPONDANT

ñOja je racine +NI
jam tu racine + NKI
pai, chai il, elle, on racine+N
ñojAnchik nous racine + NCHIK
jamkUna vous racine + NKICHIK
paikuna, chaikuna ils, elles racine + NKU

Appliquons cette architecture invariable au premier verbe : le verbe KAY (être)

Pour trouver sa racine KA, il suffit d'enlever le "y". Ensuite, Nous appliquons la règle 17 :

ñoja kaNI je suis ñojanchik kaNCHIK nous sommes
jam kaNKI tu es jamkuna kaNKICHIK vous êtes
pai kaN il elle est paikuna kaNKU ils,elles sont
chai kaN il est neutre chaikuna kaNKU ils,elles sont

Remarque

Remarque : On trouvera plus tard une autre signification, plus restreinte, du verbe kay : avoir.

Regle

Règle 24 : Le verbe RIMAY (Rymaï) parler racine RIMA

Pour la conjugaison au présent de ce verbe, on ajoute à la racine les mêmes suffixes que pour le verbe KAY (règle 17).

ñoja rimaNI je parle ñojanchik rimaNCHIK nous parlons
jam rimaNKI tu parles jamkuna rimaNKICHIK vous parlez

Compléter la conjugaison pour pratiquer ...

Excercices :

Excercice 1 :
La racine du verbe yachachiy est ?
(bravo! si vous avez répondu yachachi)
et du verbe rimaikuy est:
(encore bravo! si vous avez répondu rimaiku)


Excercice 2 :

Conjuguer ces deux derniers verbes, au présent.


Excercice 3 : Traduire

  • ñoja yachachini
  • pai riman
  • pai rimaikun
  • ñojanchik yachachinchik
  • jamkuna yachachinkichik

Taki : Chanson

Jaininpa : le passé (Yesterday)
Tikrai (traduction) : M. Duran, Auteur : John Lennon, Paul McCartney
Jaininpa, hier (le passé)
Lliu llakii karuman rikchakuntous mes problèmes me semblent si loin
wiñaipajña jepaita munan maintenant ils veulent tous rester
O, chejapmi jaina kasja oh! je crois en hier
Jonjaita, tout un coup,
kaniñachu wakin kasjayta je ne suis plus qu’un partie de ce que j’étais
jatun llantum jawaipi warkun une grande ombre pends sur moi
O, jainimpa chayaramunoh, le passé est arrivé

(le reste de la chanson est dans le chansonnier du même auteur)

Vocabulaire

jaininpa
(raïnympa)
hier, le passé, il y a quelque temps
lliu
(lyiou)
tous
llaki
(lyiaky)
peine, problème
llakii
(lyiakyï)
ma peine, mo problème
karu
(kaRou)
loin, lointain
karuman
(kaRouman)
au loin, vers le lointain
rikchakun
(Ryktchakoun)
sembler, ressembler
wiñaipaj
(ouignaïpar)
à jamais, pour toujours
jepaita munanchkan
(repaïta mounatchkan)
il veut rester
jonjayta
(ronraïta)
tout un coup
kaniñachu
(kanygnatchou)
je ne suis plus
wakin
(ouakyn)
un partie
kasjayta
(kasraïta)
de ce que j’était
jatun
(ratoun)
un grand, une grande
llantu
(lyiantou)
ombre
jawaipi
(raouaïpy)
sur moi
warkun
(ouaRkoun)
pends
jainimpa
(raïnympa)
le passé
chayaramun
(tchaïaRamoun)
est arrivé

leçon précédente leçon leçon suivante